Lundi 13/05: Raùl Godoy rencontre les grévistes de PSA Aulnay-Sous-Bois

DSC_0249Raùl Godoy s’est rendu ce matin à l’usine PSA d’Aulnay-Sous-Bois, où 200 grévistes poursuivent toujours leur lutte et s’apprêtent à entamer leur cinquième mois de grève ce mercredi. Une rencontre internationaliste émouvante, et une jonction qui a permis de nombreux échanges, tant sur Zanon que sur la lutte de ceux et celles qui “se battent comme des lions”.
7h15: arrivée à l’usine
A l’entrée de l’usine, Raùl rencontre plusieurs militants de la CGT PSA Aulnay, et le contact se noue. Une fois à l’intérieur, les discussions débutent avec les grévistes qui commencent à arriver, et dont beaucoup sont curieux de savoir qui est ce travailleur argentin qui est venu leur rendre visite. Autour d’un thé ou d’un café, on raconte la grève d’Aulnay, les actions qui ont été menées, la solidarité qui continue à s’exprimer à travers la caisse de grève. La violence patronale – ici Zanon n’a rien à envier à Peugeot! -, les cadences, et la possibilité pour les travailleurs de prendre eux-mêmes en main la production et leur destin.
9h: l’assemblée générale
Une fois tout le monde arrivé, il a été décidé de se déplacer pour tenir l’AG dans un lieu fermé afin de s’assurer que la direction ne serait pas au courant des discussions des travailleur-se-s. Les grévistes ont donné la parole à Godoy à la fin de leur assemblée. En quelques minutes, ce dernier les a remercié de leur accueil, et leur a exprimé toute la solidarité des travailleurs céramistes de Neuquèn. Revenant brièvement sur la lutte de Zanon, où le patron licencieur s’est finalement fait lui-même licencier par les ouvrier-ère-s, Raùl Godoy a insisté sur le fait que ces différentes batailles participent d’une seule et même guerre, une guerre pour que ce soient les capitalistes, c’est à dire les responsables de la crise, qui en paient le prix. Très applaudi, Raùl a annoncé qu’il allait tenter d’organiser la solidarité envers la grande bagarre qui se mène à Aulnay une fois rentré en Argentine. Il a ensuite cédé la place des travailleur-se-s haïtien-ne-s venu-e-s aussi soutenir les grévistes.
Après l’AG, les échanges se sont poursuivis avec les ouvriers. Au sujet des syndicats et de la bureaucratie syndicale, qui fut chassée à Zanon à la fin des années 1990, de la place des compagnes et compagnons dans une lutte comme celle-ci (un comité de soutien rassemblant ces dernier-ère-s avait été créé à Zanon, leur permettant de s’intégrer à la bagarre), ou encore des liens que des travailleur-se-s en lutte peuvent créer avec la population, et trouver ainsi son appui. Raùl Godoy et les camarades qui l’accompagnaient ont quitté l’usine en même temps que les grévistes, ces derniers ayant décidé une action pour perturber un déplacement de la Ministre du Droit des Femmes Najat Vallaud-Belkacem.
DSC_0176
DSC_0290
DSC_0209
DSC_0237DSC_0263
Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s